Rhum

Découvrez l’univers aromatique du rhum

S’il est une boisson spiritueuse qui évoque la chaleur, les îles, les ambiances solaires et chantantes, c’est bien le rhum.

Ce qui paraît logique étant donné que cet alcool est issu à la base de canne à sucre. Et la canne à sucre pousse et est cultivée majoritairement en région tropicale et subtropicale.

Dégusté depuis plus de 300 ans, le rhum intrigue, et ses multiples saveurs et arômes varient en fonction des ingrédients des recettes de chaque distillerie, ainsi que des méthodes d’élaboration qui changent selon les pays producteurs et les styles de spiritueux recherchés.

Sortez vos lunettes de soleil et vos parasols, Vino-Store vous réchauffe et vous dis tout sur ces flacons de spiritueux « caliente ».

De quelle origine est le rhum ?

Cette eau-de-vie de canne à sucre est, et reste, l’apanage des îles des Caraïbes, des îles françaises et des pays d’Amérique du Sud majoritairement.

A l’origine, et l’histoire est ancienne, le rhum était une boisson spiritueuse élaborée pour la consommation des esclaves. Mais il était également largement proposé par les pirates, aux marins de passages, pour les enivrer. Et on connaît la suite des histoires de pirates.

L’histoire du rhum est intimement liée à l’histoire du sucre.

Découvert en Asie et rapporté en Europe pendant les croisades, le sucre à été pendant des longues décennies une denrée économiquement enrichissante et disputée.

Sans entrer dans les détails, plusieurs pays européens se disputent alors la production du sucre, entre plantation et raffinerie.

Au 16eme siècle, la découverte de l’Amérique opère un grand tournant dans la délocalisation des productions sucrières, les plantations se rependent un peu partout en Amérique du Sud, pour finalement s’implanter massivement dans les îles tropicales françaises et anglaises. Martinique et Guadeloupe pour notre partie, Barbade et Jamaïque pour celle des anglais.

Comment est fabriqué le rhum ?

Les trois grandes étapes de l’élaboration du rhum :

Première étape :

La fermentation de produit de base. Soit on fait une fermentation alcoolique du jus de canne appelé « vessou ». La canne à sucre est directement broyée et mise en fermentation, ce qui permet de produire les rhums agricoles. Soit une fermentation d’un produit issu du raffinage du sucre de canne, sous forme de sirop : la fameuse mélasse.

Selon les profils d’amateurs et d’amatrices, les choix de rhum issus de l’une ou l’autre de ces bases s’orienteront en fonction des goûts.

Deuxième étape :

Les producteurs distillent ensuite le jus fermenté, dans un alambic, pour obtenir un alcool titrant au alentour de 40%

Troisième étape :

Le vieillissement du rhum en fut de chêne. Le temps de vieillissement et le choix du type de fût, ont bien entendu une importance primordiale dans le flacon final, son goût mais aussi sa couleur, sa matière et sa longueur en bouche.

Quels sont les grands styles de rhum ?

La grande famille des rhums n’est pas régie par une législation très stricte, alors les choses peuvent vraiment varier d’un producteur à l’autre. Il n’y a pas de règles par exemple sur l’utilisation d’une base jus de canne ou de mélasse.

Mais on peut tout de même identifier deux grandes catégories :

– Les rhums agricoles : qui eux sont élaborés avec la fermentation et distillation de jus de canne, souvent un rhum blanc que l’on peut ensuite infuser ou faire vieillir.

– Les rhums de mélasse : eux élaborés avec ce fameux résidu de sucre de canne. Qui seront ensuite vieilli en fûts de chêne.

C’est surtout les modes et les temps de vieillissement qui feront les différences entre chaque spiritueux.

Il nous faut évoquer évidement les styles de rhum :

  • Rhum blanc, pas de vieillissement en fût.
  • Rhum ambré, en général minimum de 18 mois en fût de chêne.
  • Dark rhums, vieillissement de 2 ans minimum en fût.
  • Les rhum vieux, eux doivent voir le bois pendant un minimum de 3 ans.
  • Ensuite les rhums peuvent être millésimés et affinés pour offrir une strate supplémentaire d’ambiance aromatique pour les dégustateurs.
  • Une dernière catégorie se fait souvent remarquer, le rhum arrangé. Ici on ajoute au processus d’élaboration, une macération du rhum avec des aromates (fruits, épices, fruits à coques…)

Quand et comment déguster le rhum ?

Certains dégustateurs et dégustatrices le préfèrent seul à l’apéritif, d’autre en fin de repas, comme digestif, d’autres amateurs et amatrices eux l’apprécient en cocktail.

Si le choix des moments, des personnes et des accords est totalement personnel, nous avons envie de vous proposer nos coups de cœur des plus belles alliances dégustées avec du rhum.

On vous propose quelques accords avec notre sélection de rhum en ligne.

– Notre cuvée Diplomatico Reserva Exclusiva et son ambiance caramel, cuir légèrement fumée x avec un carré de chocolat noir fumé au bois de hêtre. Assurément un accord de caractère pour conclure un repas.

– Notre cuvée Fair Belize x avec un bel ananas rôti. Sucrosité, rondeur et puissance dans cet accord dessert et flacon de rhum.

– Notre cuvée Trois Rivières VSOP et ses arômes de tabac, pain d’épice x avec un foie gras. Un accord inattendu mais délicieusement aromatique.

Bonne dégustation.

Et venez retrouvez sur notre cave en ligne toute notre large gamme de rhum.