Tous les vins bio

Le vin bio dans tous ses états et ses détails !

Meilleur pour la santé, vin de bobo, « ah bon il y a du sulfite dans le vin bio ? », le vin bio ça fait moins mal à la tête, c’est pas bon le goût du vin bio

Bon ! et encore, ce n’est qu’un tout petit échantillon de ce que l’on entend ça et là. Si le vin bio à la cote pour certains, il est synonyme de mauvais vins pour d’autres.

Fraicheur du fruit, aromatique révélée, vecteur de terroir pour les uns. Goût de ferme, produit marketing, pas de grands vins pour d’autre.

Alors pourquoi tant de mystères autour de ces flacons qui envahissent nos caves, nos cavistes, nos restaurants ?

Ouvrez vos chakra, Vinostore, votre caviste en ligne vous en dit plus sur le vin bio. On évoquera aussi la biodynamie et les vins nature bien sûr.

C’est quoi exactement un vin bio ?

Commençons par le commencement. Tout d’abord, comme n’importe quel produit bio, un vin bio est un vin issu de l’agriculture biologique.

Il y a donc des règles à respecter à la vigne en premier lieu, puis au chai, pendant la vinification, jusqu’à la mise en bouteille.

Dans le cahier des charges des vins biologiques, il est interdit d’utiliser des produits chimiques, des pesticides, des insecticides pour traiter la vigne. Il est bien entendu possible de traiter, mais avec des produits naturels, à base de soufre ou de cuivre.

Pareil au chai. La gamme des produits additifs que l’on peut ajouter dans le vin lors de la vinification est bien plus limitée qu’en viticulture classique ou raisonnée. Et la dose de soufre autorisée est plus faible que pour les vins classiques.

Les vignerons et vigneronnes qui conduisent leurs vignes en bio peuvent, ou non, faire la demande auprès de différents organismes pour obtenir le label bio, à partir d’une conduite en bio de minimum 3 ans. Enfin quand on dit « le », c’est plutôt « les », car ils sont nombreux les labels bio.

Sans rentrer dans les détails, il existe plusieurs organismes qui contrôlent et délivrent des labels avec plus ou moins d’exigence. En bio non plus, on n’est pas tous égaux.

Les deux labels les plus répandus sont le label « AB » Agriculture Biologique » et Ecocert.

Mais beaucoup de domaines viticoles, sont en bio, ou biodynamie mais ne font pas la demande d’un label, car c’est une contrainte administrative importante et c’est payant. Et l’idée de devoir payer quand on se casse la tête à produire propre, c’est gênant.

Qu’elles sont les limites du vin bio ?

Le bio c’est bien, c’est mieux que le traitement chimique à haute dose, ça on ne peut pas le nier. Cependant, dans le cahier des charges des vins bios il n’est pas interdit d’utiliser la mécanisation lourde à la vigne et au chai, d’utiliser des doses de cuivre qui peuvent paraître importantes (la limitation est lissée sur 4 années), et d’ajouter un certain nombre d’additifs dans le vin. Donc suivre une philosophie de respect de la vigne et des sols doit être quelque chose de global. Certains utilisent malheureusement le label bio sans pour autant avoir l’esprit et la dynamique globale qui devrait aller avec. C’est en ce sens que l’on peut reprocher au bio d’être un produit marketing ! Vaste sujet.

C’est comme toujours finalement, à vous d’être un amateur, une amatrice, un dégustateur ou une dégustatrice éclairés et de chercher au delà de la simple dégustation à vous renseigner sur les pratiques des vignerons, des vigneronnes et des négociants.

 

Quelles différences avec les vins en biodynamie et en nature ?

A coté du label vin bio, on trouve les vins biodynamiques et les vins nature, une sorte de gradation en matière de laisser faire de la matière vin.

Laisser faire ne veut pas dire ne rien faire, au contraire, mais il s’agit d’une attention accrue à la vigne et au chai pour intervenir le moins possible en terme de traitement, de correction et d’ajout.

La biodynamie, impose d’être à minima en viticulture bio, et le cahier des charges à respecter est plus contraignant. A la vigne, les doses de traitement sont plus basses qu’en bio. Les vignerons et vigneronnes travaillent sur le rythme d’un calendrier solaire et lunaire. Au chai, l’utilisation des levures indigènes est obligatoire (c’est à dire les levure présentes naturellement sur la peau du raisin et dans l’environnement – vigne et chai). Enfin les quantités de soufre qu’il est possible d’ajouter pendant la vinification est plus basse que pour le vin bio.

On fait un pas de plus avec le vin nature, qui lui n’a pas encore de label, ni de case.

Le terme de vin nature ou naturel est un peu gênant, car il impliquerait que les autres ne soit pas naturels. En fait, ce que cela signifie en terme viticole, c’est que pour faire du vin nature, les vignerons et vigneronnes doivent intervenir le moins possible et mettre le moins d’intrants possibles.

Donc à la vigne, le moins de traitement naturel possible, pas de mécanisation.

Au chai : on évite les interventions comme le filtrage, le collage, le pigeage, le délestage…

Et concernant les intrants, c’est donc la quasi interdiction d’ajouter le moindre aditif et très peu de soufre, voire pas de soufre ajouté. Sachant que les sulfites sont naturellement présents dans le vin.

Aujourd’hui de plus en plus de vins natures se révèlent être de très bons vin, quoi qu’encore une fois, c’est une affaire de goût. La question de la possibilité d’être des vins de garde est un autre sujet que votre caviste en ligne abordera plus tard, si vous le voulez bien.

Donc au final le bio on en pense quoi ?

Dans le bio il y a du bon et du moins bon : Il y a des grands vins, des grand crus, des crus classés en bio, et biodynamie, des petits et grands formats. Il y a des petites pépites sans soufre ajouté. Il y a des nectars sans produits chimiques, et puis il y a d’autres vins bio qui laissent à désirer.

Le bio, ça doit être avant tout, l’ambition de respecter la vigne en tant que matière vivante, et le vin comme produit de la vigne. Donc le suivi quotidien de sa matière première pour intervenir le moins possible au chai, et laisser le vivant s’exprimer au mieux de ce que la nature réserve, tout en contrôlant pour qu’il n’y ait pas de déviance pour le consommateur final.

C’est un vaste et passionnant sujet que le bio, biody et nature. Un sujet qui touche à la philosophie. Beaucoup de points de vues se confrontent, certains se méfient, d’autres se laissent convaincre.

Retrouvez notre sélection de vin bio, biodynamique et nature en ligne.