Rosé

Grand saut dans les subtilités du vin rosé.

Pâle, gris, saumon, vineux, piscine. Les bouteilles de rosé deviennent les actrices principales des terrasses dès que le soleil et les premières chaleurs se font sentir au printemps et en été.

Le meilleur ami des hédonistes en bord de piscine, nous avons nommé :  le vin rosé, est souvent vu comme un vin de seconde catégorie. Un vin simple que l’on peut facilement accompagner d’un glaçon ou deux.

Si certains types de vin rosé sont élaborés en toute simplicité, pour répondre à une demande de vin clairs, vifs et frais, d’autres en revanche, sont au contraire des rosés vineux, amples, foncés et souvent même de réels alliés de la gastronomie. A accorder sur des plats qui contrarient les tanins des vins rouges, et qui serait un poil trop exubérant pour les vins blancs.

Vinostore, votre caviste en ligne vous ouvre les horizons et vous dit tout sur les vins rosés.

Un peu d’histoire sur le vin rosé

Alors non, le vin rosé n’est pas né récemment avec l’arrivée de Brad & Angélina et leur Château Miraval.

Le rosé est en fait le plus vieux vin produit, eh oui !

Il y a 2600 ans, avec l’arrivée des premières vignes en France, les Grecs produisaient des vins avec très peu, ou quasi pas de macération, uniquement du foulage, ou un pressurage presque direct des raisins noirs.

Résultat, les vins dits rouges étaient en fait des vins rosés.

Et si pendant quelques décennies, le vin rosé n’avait plus forcément le vent en poupe, depuis 1990, la consommation de vin rosé n’a jamais cessé de progresser, pour voir son volume tripler en 25 ans. Donc la production et la consommation de vin rosé ne sont pas un simple effet de mode, loin de là. Et les professionnels et amateurs de grands vins peuvent aussi être des grands admirateurs de vins rosés.

Dans la vino-sphère, les vins rosés font débat, bien entendu. Il y a ceux qui disent que les rosés ne sont pas des vins, et à l’opposé leurs défenseurs. Allons voir de plus près.

Dis Vinostore, comment on fait le vin rosé ?

Il existe deux méthodes d’élaboration des vins rosés. Dans les deux cas, il faut à la base des raisins à peau noire et à jus blanc, donc des cépages rouges.

Avec la première méthode, on élabore des vins rosés dits de saignée ou de macération. C’est une vinification comme les vins rouges, à savoir que les raisins macèrent avec les peaux avant d’être pressés. C’est le temps de macération avec les peaux qui va déterminer la puissance, le niveau de tanins et aussi la couleur.

L’autre méthode permet d’élaborer des rosés dits de pressurage. Lorsque les raisins arrivent au chai, comme pour les vins blancs, ils sont tout de suite pressés. Les vignerons ne réalisent pas ici de macération avec les peaux. Simplement, le pressurage est plus lent que pour les blancs, de façon à extraire un peu de couleur, tout en gardant beaucoup de fraicheur.

Généralement les rosés de presse sont plus pâles, plus frais, avec un fruité plus acidulé que les rosés de saignée, eux structurés pour la table et parfois la garde. Egalement moins de présence de tanins dans les rosés de presse.

Ces vins rosés sont de parfaits alliés à l’apéritif, sur des entrées et même sur des plats frais ou des salades estivales par exemple.

Quels sont les grands types de vin rosé ?

Les gris : le vin gris se caractérise par une couleur très pâle avec des reflets argentés. Après la vendange, les raisins sont foulés puis pressés sans macération. C’est le foulage qui lui donne sa couleur si particulière.

On a les « gris » de Provence mais aussi une les « gris » d’une appellation du Centre Loire, qui s’est taillé sa réputation avec ses « gris » : l’AOP Chateaumeillant.

Les rosés de Provence – une des plus importante production de rosé de l’ensemble du vignoble français.

La Provence est la 1ère région de France en production de vin rosé : 150 millions de bouteilles AOC en 2020, 38% de la production nationale et 4.2% des vins rosés du monde*

Le rosé de Provence s’est imposé comme le rosé incontournable et a bâti sa réputation grâce à sa robe rose pâle et ses arômes acidulés et fruités.

*Source vinsdeprovence.com

Les rosés vineux : A coté de ces vins rosés, typiques d’une certaine consommation, il existe des vins structurés, tanniques, foncés, vineux, parfois capiteux. On retrouve ce style de vin rosé dans le AOP tavel, les clairets de bordeaux par exemple. A l’aveugle, on peut les confondre avec des vins rouges.

Les plus beaux accords avec quelques vins rosés de notre sélection en ligne

Bandol Rosé – Château Salettes & son calamar à la romaine. Un accord mets et vins qui vous emmène en voyage.

Rosé – Château La Verrerie & sa son tartare crevette avocat. L’accord subtil et délicat par excellence.

Côtes de Provence Rosé – Domaine du Paternel & son plateau de charcuterie de Bellota : L’accord mets et vins qui mettra tout le monde d’accord.

Pour ne rien louper, retrouvez notre sélection de pépite rosée en ligne.